Je me suis délectée ces dernières semaines avec le livre de notre ami Pierre Cormary sur Aurora Cornu.

Le livre est très bien écrit, le style fluide fait de ce livre une lecture facile. Les personnages sont presque vivants, on les voit défiler devant nos yeux. Le livre est lui-même un récit très visuel. Les descriptions sont très savoureuses, les épithètes ne dépasse pas la bonne mesure. Mais ce sont surtout les dialogues qui donnent vie aux personnages et qui entrainent le lecteur. De plus, les commentaires sur des extraits des films d’Aurora qu’il s’agisse de Genou de Claire ou de Bilocation, ainsi que des films que les deux ont visionné ensemble renforcent cette impression visuelle.

La première chose que j’aimerais évoqué par rapport à ce livre c’est le sentiment de présence dans l’absence. Au départ tout parle d’Aurora, sans qu’elle soit là: les films évoqués par Pierre, la tension de la quête, sa lettre. Aurora en tant que personnage apparaît seulement à partir de la page 147 (jusque-là suspens: elle apparaîtra ou pas, très bien évoqué par l’auteur), mais elle est presque plus présente dans son absence. Bien sûr, c’est la première version d’Aurora qui domine cette partie. La jeune actrice Aurora de Genou de Claire.

La personnalité d’Aurora est présentée sous ses facettes multiples, car elle même était une personnalité complexe: écrivaine, cinéaste, mystique, sorcière… La personnalité de Pierre semble se définir et se contourer autour de cette personnalité très marquante d’Aurora, comme le laurier. En fait le livre a deux personnages centraux: Aurora et Pierre. Pierre donne aux lecteurs sa vision d’Aurora. Il est sans doute tombé sous la fascination de la jeune Aurora distribuée par Rhomer dans Le Genou de Claire, mais il avoue être fasciné également par la vieille version d’Aurora qu’il finit par rencontrer. Il s’agit cette fois d’un autre type de fascination, pour quelqu’un qui a la conscience d’être né trop tard. Et en tant que lecteur je me suis demandé quelle version est-ce qu’il a fini par aimer plus? Bien sûr les fantasmes sexuelles sont surtout liée à cette jeune Aurora qu’il a vu dans le film de Rhomer. Pourtant c’est cette deuxième version d’Aurora qui le change et le façonne en le transformant en l’écrivain qu’il est à travers le contact réel et qui le libère de ses inhibitions.

Pierre donne une image très fidèle d’Aurora, en décrivant sa taille, ses traits, sa façon de marcher, aussi sa personnalité, elle était indépendante et ne voulait accepter son aide au départ. Il évoque aussi son accent, élément de fascination pour l’écrivain, qui fait partie de la personnalité de la mystérieuse femme de l’Est qui avait charmé Rhomer.

La dimension mystique d’Aurora est également interprétée. Pour lui il s’agit d’un syncrétisme chez Aurora, d’ailleurs évoqué par plusieurs de ses amis proches. Aurora croit en réincarnation, donc elle est la réincarnation de cette Fanutza qui a vécu 500 ans auparavant et qui était la fille de Dracula d’où son côté vampire. Pierre sent le besoin de fusionner avec son idole, de se retrouver en elle et elle en lui, donc il voudrait devenir vampire comme elle. Pour Pierre elle est la déesse au sourcil blanc, fusionner avec elle, le transforme aussi en dieu. La fantôme d’Aurora traverse la rue Cognag-Jay. C’est certainement une projection mentale de Pierre qui la voie sous la forme d’Aurora l’actrice, aussi un retour dans le temps passé. Le temps dans le roman biographique de Pierre a cette dimension mythique qu’on trouve chez Mircea Eliade. Il coule à la fois dans le futur et dans le passé, le temps est imbriqué.

L’amitié avec les oiseaux est aussi mentionnée. Il s’agit de cet oiseau symbole du folklore roumain, l’oiseau-âme qui est très présent dans la vie d’Aurora, le même oiseau sculpté par Brancusi, paysan comme elle, devenu aussi célèbre à Paris. Ils étaient tous les deux habités par les mêmes croyances et traditions paysannes. Il fait aussi partie de sa dimension mystique.

J’ai beaucoup apprécié la manière dont Pierre évoque la période communiste en Roumanie. Il a sans doute appris tout par Aurora, mais aussi en lisant comme il a témoigné lui-même son livre sur Fugue roumaine vers le point C. On pourrait presque penser que l’auteur avait expérimenté lui-même toutes les privations engendrées par le communisme: premièrement la privation de liberté, ensuite celle de nourriture, toute cette pression, la trahison, la suspicion qui sont évoquées et aussi le discours d’Aurora par respect au communisme mérite d’être lu par tous ceux qui sont inclinés vers de telles sympathies.

Pierre s’est aussi rapproché des amoureux d’Aurora, il évoque le romancier Marin Preda, façonné aussi par elle d’une certaine manière et surtout son deuxième mari, Aurel Cornea dont il est un peu jaloux, même s’il affirme se sentir son ami.

Et peut-être qu’on est même un peu dans ce mythe de l’éternel retour, puisque Pierre retourne plusieurs fois dans son livre à cette Aurora de Genou de Claire, son amour impossible à cause de la dimension temporelle et de ses limites. Et effectivement, à la fin du livre, encore une fois on retrouve ce retour vers le Genou de Claire.

En réalité le livre est assez complexe, car on peut y découvrir plusieurs dimensions: le passé, le présent, les films. Les réalisme se mêle avec le surréalisme ce qui fait de cet exploit littéraire un roman biographique. Les personnages ont plusieurs dimensions, les descriptions réelles s’associent souvent au côté imaginaire.

Cette relation entre Pierre et Aurora, une relation si improbable entre le fan et l’icône est aussi un témoignage du courage. Avant d’avoir le courage d’écrire et de publier, Pierre a eu d’abord le courage de chercher son icône, de s’assumer sa posture de fan, dans les yeux des autres parfois un peu ridicule et aussi de s’accrocher à elle.

Pendant la vie d’Aurora, la relation semble avoir un sens unique, c’est elle qui façonne Pierre, après sa mort, c’est Pierre qui façonne d’une certaine manière Aurora, à travers cette vision d’elle qu’il nous offre dans son livre.

(Visited 8 times, 1 visits today)

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Close Search Window